Sport

ENDURANCE

Ces Suisses qui font parler d’eux

08.06.2017 15:06 (Jean-Claude Schertenleib)

Le championnat du monde d’endurance 2016-2017, le premier à se dérouler «à cheval» sur deux années civiles, a programmé son avant-dernier rendez-vous le samedi 24 juin prochain, sur le Slovakia Ring (finale à Suzuka, le 30 juillet). Ce sera même la finale de la Coupe du monde Superstock, dans laquelle le Fribourgeois Robin Mulhauser va peut-être jouer un rôle clé.


Bild 1
Regardez cette photo (Facebook): avec Michael Savary, Robin Mulhauser et Greg Junod, vous avez sur la même image ceux qui ont terminé respectivement quatrième, sixième – vainqueur en STK – et brillant troisième des 8 Heures d’Oschersleben, un rappel plus que parfait du rôle que joue les pilotes suisses dans ce championnat qui est désormais beaucoup plus qu’un pis-aller. Illustration du phénomène, le Fribourgeois Robin Mulhauser. Après avoir accumulé des déceptions, mais aussi beaucoup d’expérience en Moto2, Robin est revenu en Supersport où, il faut l’avouer, il n’évolue pas au niveau qu’il imaginait. Les courses se suivent et, malheureusement, se ressemblent pour le Fribourgeois, qui ne parvient plus à entrer dans les points et dont on sent que le discours est devenu plus triste: «Donington, j’ai bien aimé ce qui était un nouveau circuit pour moi; mais je n’ai pas pour autant trouvé la solution pour y rouler assez vite.» En endurance, c’est tout le contraire: en rejoignant ce printemps le team Moto Ain CRT de son copain Alexis Masbou, il ne savait pas trop à quoi s’attendre. La moto avait gagné le Bol d’Or l’an dernier et Robin a mis toute sa passion dans deux très bons résultats cette année, aux 24 Heures du Mans (deuxième CRT) et à Oschersleben (victoire). Et les deux fois, il s’est avéré que le pilote le plus rapide des trois – avec Masbou et Mulhauser, l’équipe aligne Hugo Clère -, c’était bien le rookie, qui n’avait jamais jusque-là piloté une moto aussi lourde. Résultat des courses: le titre de vainqueur de la Coupe du monde d’endurance STK pourrait bien leur revenir! Si Mulhauser a découvert l’endurance, c’est bien tout le contraire pour Greg Junod. Le pilote de Forel a compris il y a de nombreuses années déjà que cette discipline était un terrain idéal pour lui. Fidèle au Maco Racing, une équipe Yamaha basée à Bratislava, Greg sait que cette grande première sur le Slovakia Ring sera une fête pour lui et ses camarades. Troisième à Oschersleben, le Maco Racing s’est battu une grande partie de la course avec la Kawasaki verte du team Bolliger. Donc avec Michael Savary, Roman Stamm et l’Autrichien Horst Saiger (tiens, à propos de lui, il a signé hier un exploit retentissant en terminant dixième du TT STK!) Une équipe qui, jusqu’à présent, n’a pas été épargnée par les soucis techniques – essentiellement électriques, comme ce fut le cas au Bol d’Or l’automne dernier et au Mans ce printemps -, mais qui a retrouvé le juste chemin à Oschersleben. De là à parier qu’il pourrait bien y avoir des Suisses sur le podium du Slovakia Ring dans deux semaines, il y a un pas... que nous allons franchir!

««Retour
NOUVEAU! Lisez ici l‘ePaper

Newsletter abonnieren

* Pflichtfeld